Des gens se la coulent douce à Miami

Salut les planchistes du visage de l’internet !

Comme j’suis pas du tout dépassé par le travail, que je ne suis pas du tout en blocus et que j’ai plein de temps devant moi, pourquoi ne pas écrire un article rempli de franc parlé et sans subtilités ni sens cachés ? :)

Le père d’un très bon ami a fait appel à moi pour développer une galerie photo en ligne mais on y reviendra car j’ai une autre anecdote qui vient parasiter la précédente et qu’il est important que je la raconte si je ne veux pas raconter encore plus nawak que d’habitude.

J’ai déjà développé pas mal de sites mais souvent l’organisation et l’ordre manquaient puisque je faisais ça surtout dans une ambiance peu sérieuse et que je n’avais pour objectif que de m’amuser.
Je peux notamment vous parler vite fait d’un site servant de support à un serveur privé de morpeug que j’avais fait sous les demandes de l’administrateur du serveur.
Le site devait servir pour les inscriptions, la gestion de compte, tout ça. Je l’avais développé à l’aide d’un CMS (une sorte de kit/boite à outils pour faire des sites) auquel je n’étais pas du tout habitué à l’époque, Joomla, et avec lequel je ne suis toujours pas très à l’aise aujourd’hui puisque je préfère WordPress, la plateforme sur laquelle vous lisez cet article en vérité.
J’ai galéré mon espèce sur 50 générations pour mettre en place tous les modules nécessaires comme les systèmes de vote, de classements, les feuilles de personnages, la carte dynamique en temps réel (vraiment à chier) et autres systèmes dynamiques. Le PHP (formules magiques en ligne de code) n’est pas nativement utilisable directement dans les CMS (les kit), j’ai du faire des arrangements bancals avec certains plugins mal fichus et peu adaptés pour faire rentrer des pages dynamiques et automatisées dans le site. Je ne m’y prenais pas forcément très bien… malgré tout, ces choses m’ont apporté beaucoup de connaissances techniques à force de pratique, d’erreurs et de recherches.

Pour revenir à la galerie en ligne que je dois faire, là c’est vraiment énorme parce que je peux mettre en application un cours particulier qui nous a été donné par notre professeur d’ergonomie. Ce cours s’étendait sur plusieurs séances de plusieurs heures chacune et consistait à nous apprendre à réaliser les projets de nos clients.
Je ne sais pas trop comment vous expliquer simplement et brièvement le cœur de ce cours car je ne saurais résumer sur peu de mots toutes les étapes de la méthode du prof, lesquelles se complètent mutuellement, mais certaines valent la peine d’être répétées ici.
Ça va vous paraître con et évident mais quand on se penche vraiment sur le problème c’est autre chose : il faut développer un site très facile à utiliser et à comprendre pour le visiteur, lequel doit savoir accomplir ses objectifs et le but de sa présence sur le site, tout en tenant formellement compte des demandes et des contraintes du client commanditaire du site. Cela se fait en plusieurs étapes qui comprennent notamment la récolte de toutes les données et tout le contenu à faire entrer dans le site, la hiérarchisation et  la mise en forme de ces données. C’est très simplifié mais j’ai essayé d’être le plus clair et direct possible bien que cela soit difficile sans relire mes notes de cours.

Pour revenir enfin et pour de vrai à la galerie, en fait il s’agit d’un ami qui était déjà en cours d’infographie à l’école secondaire avec moi. On est resté bons amis en allant à Albert Jacquard du fait qu’on a des passions communes et des sens de l’humour déréglés de la même façon. Son père est un fou de photographie. Il photographie des trains, des motos, des voitures, des bâtiments, des personnes, des animaux, des paysages, de tout quoi. Il voulait un site (la galerie, enfin) pour montrer les fruits de sa passion et vendre quelques photos, c’est son fils qui lui a dit que j’étais en option web et que ça pourrait m’intéresser.
Quand j’ai reçu le message privé sur Facebook, je ne l’ai même pas ouvert. Je suis allé vivre une journée à Bruxelles avec mon amie et ce n’est qu’au retour, dans le train, que j’ai consulté le message. En obtenant quelques précisions sur le projet, je me suis pris d’un intérêt brûlant pour ce travail et je suis descendu directement à la gare de la ville où vit mon ami sans passer par chez moi.
Après avoir pris le repas du soir avec mon ami, sa sœur et leur père, lui et moi avons discuté du projets longuement et j’ai pris des notes plus ou moins ordonnées sur quelques feuilles. Nous avons ouvert un dossier partagé sur nos ordinateurs où nous avons déjà rassemblé quelques données importantes comme les différentes catégories et sous-catégories possibles des photos.
Étant en période d’examens je ne peux pas m’occuper de ce projet pour le moment mais nous nous sommes bien mis d’accord là-dessus, de toute façon son fils est à la même école que moi. C’est d’ailleurs assez chouette d’avoir un parent d’ami proche comme client puisque le degré d’empathie est assez élevé pour travailler sans stress.

Comme d’hab, j’ai plus rien à dire ensuite et j’ai strictement aucune idée de comment vous lâcher à part en vous souhaitant d’être avec les gens que vous aimez pour commémorer on ne sait quoi sinon des fêtes de fin d’année venues d’on croit savoir où.

Bonne année les surfeurs !

~~~

Publicités

Un Commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s